Les tendances du marché du cycle vues sur Eurobike 2018

17 juil. 2018
Cycle et mobilité active
Par Jocelyn LOUMETO, animateur de la commission cycle et mobilité UNION sport & cycle

Le salon Eurobike a ouvert ses portes le dimanche 8 juillet. L’occasion pour moi de venir à la rencontre de mes adhérents sur ce salon leader en Europe, de parfaire ma connaissance de l’industrie du vélo et de recueillir les grandes tendances de cette année.

Situé à Friedrichshafen à 200 kilomètres de Stuttgart, l’accès au salon n’est pas évident : à 5h34 de train depuis Paris ou à 4h00 de trajet porte à porte en avion. Mais on ne peut pas évoluer dans l’environnement de la mobilité verte sans que cela ait un effet sur vous. Il me fallait songer un peu à baisser mon empreinte carbone. Je privilégiais donc le rail. De plus cet immense espace totalement colonisé par le cycle dans toutes ses formes est à la mobilité verte ce qu’est l’Eden pour le chrétien : un paradis !

Les bases sont impressionnantes : Eurobike est l’un des plus gros salons professionnels de vélo au monde. L’édition 2018 accueille plus de 1400 entreprises et le met au niveau des salons tels que le Taipeh International Cycle Show et l’Interbike Las Vegas. Ça vous plante un décor grandiose.

Je débute mon pèlerinage au travers des multiples allées jonchées de milliers de cycles, d’accessoires et de centaines de marques.

Les acteurs Français bien représentés

L’endroit, de par la multitude de langues parlées, ressemble à un plateau de Babel sur lequel le Français est particulièrement bien représenté, notamment les adhérents de l’UNION Sport & Cycle. Le très beau stand Lapierre me prend plusieurs minutes à admirer notamment des vélos de ville à assistance électriques, les stands ABUS, Moustache ou Look sont particulièrement bien achalandés et attirent un public aux questions – je tends souvent l’oreille pour me nourrir de connaissance – particulièrement pointues.

Les matériaux au cœur des innovations

La particularité de cette édition 2018 ? Ce n’est pas la vague immense des VAE et surtout des VTT-AE dont tous les fabricants importants semblent avoir fait leur vitrine technologique (les systèmes de suspension sont apparemment le centre des innovations). Ce ne sont pas non plus les vélos de courses qui, bien que de moins en moins nombreux à chaque édition, sont ceux qui mettent le mieux en avant les évolutions techniques fortes en termes de matériaux ou des composants (sur les systèmes de freinage notamment). Cette année, outre la présence toujours importante du – beau – vélo de ville, ce sont les matériaux qui semblent être le point sur lequel les acteurs présents essaient le plus de faire preuve d’originalité. Carbone, bien évidemment, Titane, bois, aluminium en profilé particulièrement travaillé et même bambou : tout est prétexte à différentiation pour de « beaux vélos ».

Les acteurs asiatiques se positionnent

Le point commun de tous ces vélos ? Evidemment une électrification quasi systématique. Que ce soit des vélos manifestement conçus pour de l’assistance ou les versions traditionnelles auxquelles les fabricants semblent avoir simplement accolé un moteur et une batterie. Ce salon Eurobike insiste sur la prégnance du VAE sur le marché d’aujourd’hui. Outre l’Europe qui voit ce marché exploser, le Japon ou les Etats-Unis sont également en croissance permanente (Ndlr : bien que les USA, avec 260 000 VAE vendus en 2017 restent modeste rapporté au potentiel de population). Sur les 30 millions de vélos fabriqués en Chine par an, 94% sont dédiés au marché local ! Même le marché Taiwanais (des exposants très présents sur Eurobike) prend le train – avec un léger retard à l’allumage – et voit sa production décoller du fait des discussions sur le projet de taxe anti-dumping qui pourrait pénaliser le marché chinois (Source : E-Bike & Bike market©). Et au Viêt-Nam, le gouvernement a annoncé l’interdiction de la moto thermique dans la ville de Hanoi en 2030, ce qui présage de beaux jours  à venir pour le cycle électrique !

Je n’ai pu assister aux conférences, notamment celle de qui s’annonçait intéressante de la LEVA-EU (association des importateurs européens) qui est vent debout face au projet de taxe anti-dumping sur les VAE en provenance de Chine. Ni pris le temps nécessaire pour tester les vélos que je voulais dans l’espace plein air mis à disposition des visiteurs (hormis un cargo-bike de Butchers & Bicycle© que j’ai trouvé particulièrement maniable avec son passage de vitesses automatique et son châssis flexible). J’ai, à mon grand regret, passé trop rapidement en revue les nombreux exposants, asiatiques notamment, de composants plus ou moins innovants. J’ai tout de même eu confirmation que sur l’éclairage, la France devra faire des efforts de mise en cohérence de sa réglementation. Et j’ai eu la frousse cérébrale devant les méthodes des centres techniques (allemands) qui démontraient leur façon d’évaluer les performances de moteurs Bosch et Shimano.

Le vélo-cargo se fait remarquer

Je n’ai pu résister à l’envie d’aller jeter un œil dans l’espace cargo-bike ou l’adhérent AddBike présentait ces très beaux produits et où la marque française DOUZE Cycles tente de s’imposer. La France a beaucoup de retard sur ce marché du cargo-bike par rapport à ses voisins européens et il ne peut donc que progresser fortement. Le cargo-bike dans son utilisation familiale ou utilitaire a avait une très grande place sur Eurobike 2018. Reste à savoir s’il s’agit d’une vraie tendance ou simplement d’un visiteur impressionné par les possibilités que dessinent ce marché ? L’avenir nous le dira.

Ne pas negliger les accessoires

Eurobike dessine clairement les orientations du monde du vélo : la mobilité de tous avec des vélos de villes, des cargos et tricycle mais aussi la prise en compte du vieillissement des populations. Des orientations plus techniques en ce qui concerne le VTT qu’il soit électriquement assisté ou non. Et au-delà des vélos, les accessoiristes, relativement nombreux, proposent des innovations très pointues (performance moteur, qualité suspension, dérailleurs automatiques…) ou tournées vers la sécurité des utilisateurs tant en matière de visibilité (éclairages, textiles), de confort d’usage (gonfleurs, bidons, selles…) ou de résistance aux chocs (casques, air-bag vélo…).

L’organisation du salon Eurobike Show fait montrer d’une certaine fébrilité en ce qui concerne les dates 2019. Après une première communication sur fin juillet-début Aout , une nouvelle communication indique que le prochain salon Eurobike aura lieu du 04 au 07 septembre 2019, toujours à Friedrikshafen. (lire par ailleurs sur filieresport).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies