Rapport du CESE : L’accès du plus grand nombre à la pratique d’activités physiques et sportives

01 août 2018
Les objectifs de la Ministre des sports sont connus : augmenter de 3 millions, le nombre de pratiquants d’activités physiques et sportives d’ici 2024.

Le rapport du Conseil économique social et environnemental (CESE) de Muriel HURTIS et Françoise SAUVAGEOT se veut être un état des lieux de la pratique sportive des Français mettant en lumière des inégalités sociales et géographiques existantes au sein de la population française, qui ont des conséquences directes sur les différents types de pratiques. Suite à ce travail, plusieurs recommandations sont avancées afin de mettre toujours plus de Français en mouvement. Virgile CAILLET, Délégué Général de l’UNION sport et cycle a été auditionné dans le cadre de cette étude.

Les territoires d’Outre-Mer en difficulté

Concernant l’état des lieux de la pratique et les inégalités, le rapport CESE part d’un constat déjà connu sur les différences hommes/femmes, ville/ruralité. Il souligne néanmoins les défis spécifiques auxquels sont confrontés les territoires d’Outre-Mer. En effet, les territoires d’Outre-Mer (hors Saint Pierre et Miquelon) se placent en dessous de la moyenne nationale de 49,5 équipements pour 10.000 habitants, carence à laquelle s’ajoute la difficulté d’installation ou rénovation due au caractère insulaire et aux normes anticycloniques entrainant des coûts supplémentaires.

Les préconisations présentées par ce rapport tournent autour de deux axes principaux :

  • Un projet sportif de territoire co-construit intégrant une démarche citoyenne ;
  • Le développement d’une culture sportive.

Les # : correspondent au numéro de la recommandation.

Le sport : un projet de territoire dont l’intercommunalité est la cheville ouvrière

En raison des différences et particularités de chaque territoire, le rapport CESE recommande une mise en place d’un projet de territoire au niveau intercommunal pour le volet sportif (#2), les compétences seraient alors partagées entre la commune et l’intercommunalité (#3). Une instance formelle au niveau intercommunal est également préconisée pour la concertation et de l’action sur les APS.

Le CESE suggère de focaliser la construction de nouveaux équipements sportifs d’abord sur les zones en manque d’infrastructures (#10), c’est-à-dire les quartiers classés en politiques de la ville (QPV), représentant 8,2% de la population mais concentrant seulement 2,2% des équipements sportifs, et les zones de revitalisation rurale (ZRR) dans les territoires ruraux.

L’UNION sport et cycle travaille ainsi au renforcement des liens entre associations d’élus et entreprises, pour que les fabricants d’aménagements et d’équipements sportifs soient au cœur des débats sur l’aménagement du territoire.

Nul doute que l’UNION sport et cycle pourra apporter une contribution sérieuse, sur la base des travaux menés par le pôle Intelligence économique.

Développement de la culture sport

L’autre axe important des recommandations est l’ancrage d’une « culture sportive » dans l’esprit des Français. Le lancement de campagnes nationales pour promouvoir les APS s’appuyant sur les grandes compétitions mais aussi sur des événements de loisirs et de moins grande envergure (#1). Des recommandations concernant l’aménagement obligatoire d’équipements sportifs dans les projets de rénovations urbaines importants (bureaux, habitations, établissements scolaires) est avancée (#11).

Il est également souligné que la culture sportive passe par la reconnaissance de l’engagement sportif pour les étudiants en banalisant une demi-journée par semaine qui serait consacrée aux APS et évaluée par des crédits ECTS (#9).

L’intégration, au sein des parcs et jardins, d’aires sportives adaptées ainsi que des mobilités douces est également préconisée (#19).

 

Enfin, des mesures concernant la lutte contre les stéréotypes, l’encouragement des APS pour tous ont été rappelées. Les recommandations issues de ce rapport vont évidemment dans le bon sens : encourager la pratique sportive de tous, et l’UNION sport et cycle s’inscrit dans ce discours volontaire pour mettre en mouvement l’ensemble des Français, les initiés comme les plus éloignés de la pratique des activités physiques et sportives. Des préconisations à faire circuler pour être toujours plus forts !

Le rapport CESE est disponible ici :

http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2018/2018_20_acces_pratique_sportive.pdf

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies