Les entreprises de la filière apportent leur plein soutien au Plan Vélo

17 sept. 2018
Cycle et mobilité active
Le Premier ministre, Edouard Philippe, ainsi que les ministres François De Rugy et Elisabeth Borne, respectivement en charge de la transition écologique et solidaire et des transports, ont présenté cet après-midi le Plan Vélo, partie prenante de la loi d’orientation pour les mobilités (LOM).

Après plusieurs reports, le Plan National Vélo, l’UNION sport & cycle, en tant que première organisation professionnelle des entreprises de la filière économique du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active, accueille favorablement l’annonce d’une stratégie nationale pour le vélo, inscrite dans la durée, en faveur de la promotion de l’utilisation du vélo comme moyen de déplacement au quotidien.

Le vélo s’ancre dans le quotidien des Français

L’UNION sport & cycle souligne la pertinence de la mise en œuvre d’un Plan Vélo qui se décline dans tous les territoires, à l’image de nos pays voisins et se félicite de la prise en compte de la nécessité de mettre en place des infrastructures sécurisées permettant une pratique sereine et paisible du vélo. Les mesures annoncées par le Gouvernement, en faveur d’infrastructures sécurisées (pistes cyclables, parkings, etc.), de mesures incitatives notamment pour les trajets domicile-travail de moins de 5km (un forfait mobilité qui reste cependant nonobligatoire), et d’incitations financières à travers des programmes de certificats d’économie d’énergie doivent permettre de tripler la part modale du vélo dans les déplacements des Français, de 2,7 % aujourd’hui à 9 % en 2024. Avec près de 255 000 VAE vendus durant l’exercice 2017, l’arrivée du vélo à assistance électrique révolutionne le marché du cycle. Cette tendance doit s’inscrire dans la durée pour faire du vélo un outil quotidien tant en territoire rural qu’en milieu urbain. 

« Ce plan vélo doit être un outil d’aménagement du territoire. Cela passe par des investissements financiers et la création d’un fonds dédié est un excellent signal. L’enveloppe financière de 350 millions d’euros à destination des collectivités locales et l’appel à projets de l’ADEME doivent servir d’effet levier. Mais des questions restent en suspens, notamment l’étalement de cet engagement dans le temps et la capacité des collectivités locales à investir, donc nous serons très attentifs à l’abondement de ce fonds dans le cadre des débats à venir au Parlement » note Jérôme Valentin, Président de l’UNION sport & cycle et PDG du groupe européen Cycleurope.

Les entreprises mobilisées pour lutter contre le vol et le recel de vélos

Les entreprises de la filière sont elles-mêmes fortement engagées pour le développement du vélo. Elles travaillent ainsi à une généralisation comme le marquage des vélos pour les magasins. « Nous savons qu’un des freins premiers à la pratique est le vol, c’est pourquoi nous travaillons avec les ministères des transports et de l’intérieur sur le plan de lutte contre le vol et le recel de vélo avec une identification unique à la mise en vente. C’est une contribution qui va peser sur les entreprises, mais si ces mesures sont accompagnées d’un engagement clair de l’Etat pour lutter contre le vol, alors cela peut devenir un outil précieux » précise Denis Briscadieu, vice-président de la commission cycle et mobilité active de l’UNION sport et cycle et Président de Cyclelab.

Créer une « culture vélo » à l’instar de nos voisins européens

Même si l’UNION sport & cycle aurait souhaité la mise en place de mesures plus volontaristes permettant d’instaurer une véritable culture vélo en France notamment du Plan Savoir-Rouler, elle salue cette évolution culturelle en faveur de la mobilité active. « Désormais, la mise en œuvre de ces mesures concrètes doit créer les conditions nécessaires pour donner rapidement toute leur place aux mobilités actives et douces dans nos territoires. Si l’engagement du Gouvernement est très positif, il est regrettable que les engins de déplacements personnels (EDP) type trottinettes, segway, etc., en plein essor dans les aires urbaines, soient absents du Plan par exemple. Mais nous continuons de travailler, les entreprises du secteur sont toutes mobilisées pour avancer » conclut André Ghestem, Président de la commission cycle et mobilité active de l’UNION sport et cycle et Président de Shimano France.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies