keyboard_arrow_up

1er Octobre 2019 à Paris


Le sujet majeur est celui de l’humanité et de son impact sur la planète qui l’accueille

Qu’on le veuille ou non, qu’on cherche à minimiser ou décrédibiliser les lanceurs d’alertes ou les écolos, les problèmes posés et les réponses croissantes apportées vont considérablement et durablement impacter la vie sur terre et donc celle des citoyens et des entreprises.

Le sujet majeur c’est l’activité de bientôt 9 milliards d’êtres humains alors que pendant tous les siècles qui nous ont précédés, le seuil d’1 milliard n’avait jamais été atteint. Cette activité humaine contribue :

  • à tuer comme jamais la biodiversité ( en 40 ans, nous aurions perdu 60% des animaux sauvages vivant sur terre, preuve d’une sixième extinction)
  • à polluer comme jamais terre, mer et ciel. On parle désormais de 6 ème continent en matière de déchets flottants et la première bouteille de plastique vient d’être remontée de la fosse des Mariannes….soit -10 000 mètres de profondeur. Aujourd’hui dans la plupart des grandes villes du monde, l’air est irrespirable. En France, l’air tue chaque année 67 000 personnes !
  • à modifier le climat, à faire fondre les glaces et à augmenter le niveau des eaux, générant les prochaines grandes migrations de populations…

Alors forcément les gens responsables, les états modernes, notamment la France, finissent par mettre ce thème au cœur de l’action publique.

On l’a vu dernièrement avec le dernier discours de politique générale du 1er ministre et on va le constater à travers quelques exemples concrets d’évolution réglementaire qui concernent trois objectifs majeurs et assez logiques si l’on considère qu’il est urgent d’agir :

  • la lutte contre le gaspillage et les déchets
  • la réduction ou modification des dépenses énergétiques
  • la transformation des modes de transports

1) Commençons par le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire.

(Projet de loi dont la discussion devrait démarrer à la rentrée de septembre 2019)

Les dispositions aux enjeux les plus forts, concernent principalement pour les commerces :

  • De nouvelles obligations en matière d’information des consommateurs sur les déchets générés par les produits vendus vont fortement impacter la réglementation du marquage et de l’étiquetage des produits.
  • Cette obligation d’information inclura « l’indice de réparabilité » et les pièces détachées pour les produits électriques et électroniques ».
  • La création d’une nouvelle filière REP (Responsabilité Elargie du Producteur) pour les articles de sport et cycle. J’espère que vous mesurez bien ce qu’elle signifie en termes financier et d’organisation.
  • La lutte acharnée contre le plastique.
  • La lutte acharnée contre le gaspillage. Et je vous lis juste un extrait de l’article 11 de ce projet de loi : « En cas de vente d’un produit relevant du régime de REP, le distributeur reprend, à ses frais, ou fait reprendre sans frais pour son compte, les produits usagés dont l’utilisateur final du produit se défait… »

2) Continuons avec les économies d’énergie.

Le fameux décret Tertiaire issu de l’article 175 de la loi Elan et actuellement au Conseil d’Etat va entrer en vigueur. Que vous soyez magasin, entrepôts, salles de gym ou bureaux et dès lors que votre surface est supérieure à 1 000 m2, vos réductions d’énergie devront être de 40% d’ici 2030 par rapport à une consommation 2010 et les données de preuve devront être transmises à partir de 2021, soit demain.

3) Enfin les transports.

La Loi d’Orientation des Mobilités va confirmer le développement des mobilités actives, comme le vélo. Plus de pistes cyclables, une identification internationales des vélos afin de lutter contre le vol et le recel et des programmes comme celui Vélogistique porté par l’UNION devrait entrainer de belles opportunités pour bon nombre d’adhérents.

Il faut que les principaux adhérents de l’UNION sport & cycle soient conscients des mutations que le monde va connaitre que la distribution notamment va subir ou profiter. C’est selon.

" En tout cas, rendez-vous le 1er octobre prochain pour approfondir ce thème lors du grand colloque que l’UNION organise pour ses adhérents. "

Extrait du discours prononcé par Pierre GOGIN, Conseiller spécial
et président de la commission développement durable
devant le congrès UNION sport & cycle réuni à Lyon le 26 juin 2019.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies