keyboard_arrow_up
>
Les actualités
>
Santé & Bien être

Un baromètre de la pratique pour le ministère des sports

17/01/2019
Les résultats de l’enquête inédite menée entre le 19 juin et le 5 juillet 2018 auprès d’un échantillon de 4 061 individus de 15 ans et plus interrogées sur l’ensemble du territoire national ont été dévoilées ce jeudi 17 janvier en présence de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

Réalisé pour la première fois en 2018 en collaboration avec le CRÉDOC, ce nouvel outil de monitoring sera reconduit tous les deux ans. Il permettra d’apporter des éléments pour guider et évaluer les politiques publiques menées dans ce domaine.  Les résultats de l’enquête inédite menée entre le 19 juin et le 5 juillet 2018 auprès d’un échantillon de 4 061 individus de 15 ans et plus interrogées sur l’ensemble du territoire national ont été dévoilées ce jeudi 17 janvier en présence de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

Si le baromètre confirme la plupart des enseignements des études réalisées précédemment sur la pratique sportive des français (cf infographie ci-dessous) et notamment celles de l'UNION sport & cycle, elle pousse l'analyse sur les raisons de la non pratique sportive qui concerne 1/3 des français de 15 ans et plus.

L'importance du passé sportif

Ainsi, 30 % des non-pratiquants indiquent qu’ils n’aiment pas le sport, 25 % invoquent des problèmes de santé et 11 % des contraintes professionnelles ou familiales. 

Le baromètre montre, chez les non-pratiquants, une différence importante liée au fait d’avoir, ou pas, un passé de sportif. Au sein des non-pratiquants, un peu plus d’une personne sur deux (52 %) dit ne jamais avoir pratiqué par le passé d’activité physique et sportive. Une proportion non négligeable a, en
revanche, déjà pratiqué en club (28 %) et 20 % l’ont fait de façon autonome. Ceux qui ne pratiquent pas et n’ont jamais pratiqué sont les plus nombreux à expliquer l’absence de pratique physique ou sportive par le fait qu’ils n’aiment pas le sport ou qu’ils préfèrent d’autres activités (41 % des réponses). 

Une politique ambitieuse de développement de la pratique sportive dès le plus jeune âge devrait par conséquent être un axe de développement de la pratique sportive. Outre un enjeu de santé publique, la pratique sportive tout au long de la vie comporte aussi des bénéfices multiples : l’épanouissement personnel, la confiance en soi, l’inclusion…


PRATIQUES SPORTIVES DES 16-25 ANS : LES TENDANCES 2018-19

A voir également
  • Santé & Bien être 06/12/2019
    Manutan récompensé pour sa stratégie de sport en entreprise
    L'acteur de e-commerce B to B se distingue dans le palmarès « Best Workplaces France 2019 » ...
  • Santé & Bien être 04/12/2019
    Le groupe VYV va soutenir davantage la pratique d'activités physiques
    Le ministère des Sports et le Groupe VYV ont signé une convention de partenariat pour déployer...
  • Santé & Bien être 20/11/2019
    FFBB : #EnBleuPourUnicef, une opération en partenariat avec...
    Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) devient partenaire de la Fédération...
  • Santé & Bien être 18/11/2019
    Sport santé: Des activités physiques financées par la Sécurité...
    C’est une première en France : la Sécurité sociale va prendre en charge la prescription...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies