keyboard_arrow_up
>
Territoires
>
Territoires

Tennis : Bernard Giudicelli détaille son projet sportif et économique

24/06/2019
Les membres de la commission sports de raquette de l'UNION sport & cycle ont assisté à une “belle démonstration de la détermination de la FFT”, comme l’a résumé Virgile Caillet, son délégué général, à l’issue de l'intervention du président de la Fédération française de tennis, Bernard Giudicelli.

Elu en 2017, le patron de la FFT a expliqué aux marques et distributeurs présents comment il veut « Agir et Gagner » d’ici à 2020, comme son programme du même nom. D’abord en confortant Roland-Garros “qui fait vivre le tennis français” et sa Fédération, qui dispose d’un budget de 320 millions d’€, dont 800 000 € de subventions. “Quand un Français arrive en 2ème semaine de Roland, c’est des retombées importantes pour le tennis français. Or, cela reste assez rare”, rappelle Bernard Giudicelli, qui conduit depuis 2009 le projet de modernisation du stade d’un tournoi qui verse 42 millions d’€ de prize money aux joueurs, mais qui fait face à “une vive concurrence internationale”.

 

La FFT vient de lancer un appel d'offres pour les droits de retransmission en France des éditions 2021 à 2023, à l’issue duquel elle espère récolter davantage que les 20 millions versés à l’année par France TV et Eurosport. Certains craignent que le passage sur des chaînes payantes diminue l’exposition médiatique de ce sport. “S’il n’y avait pas Roland-Garros, la licence ne coûterait pas 29 € mais 80 €, affirme le n°1 de la FFT. Et les 9,2 millions d’€ donnés par la FFT aux clubs affiliés en 2018 et en 2019 ont généré 117 millions d’€ de travaux d’infrastructures pour 413 d’entre eux. 173 projets sont en attente. Les clubs sont la première puissance économique et sociale du tennis, avec près de 10 000 ETP”.

 

Il compte sur ces clubs pour regagner des licenciés et en compter 1,5 million dans les années qui viennent. Si le nombre de pratiquants croît ces dernières années (4 millions), les licenciés ne sont plus qu’1 million environ. En fixant des objectifs aux ligues, la DTN souhaite que l’on forme les 12 ans et moins à “devenir compétiteurs” (au moins 1 match officiel joué), en visant 40% des licenciés compétiteurs de cette classe d’âge (20% début 2019 contre 11% auparavant). “C’est une erreur originelle que de dire qu’il n’y a pas de lien entre précocité et succès au plus haut niveau”, dit Bernard Giudicelli. “Nos jeunes de 14 ans n’ont pas l’expérience internationale nécessaire pour espérer gagner un jour Roland-Garros, contrairement à d’autres nations et notamment aux pays des Balkans qui sont un nid pour la compétition”. Le président signale pourtant que “le tennis attire dans les clubs 70 000 enfants de 7 ans et moins, soit 10% de la demande de pratique sportive. Après ça se gâte, le jeune est déçu car il ne joue pas assez”. Il rêve que “les enfants sachent nager, faire du vélo et faire un service, ce qui nécessite de faire bouger les formations. Beaucoup de nos formateurs le deviennent par défaut. Nous allons créer nos propres titres à finalité professionnelle à compter de septembre 2019, en ciblant notamment les femmes pour les tout-petits, pour remplacer les diplômes d’Etat qui sont amenés à disparaître”.  

 

La FFT ne tient pas à se mêler du jeu libre (hors licence), là où certaines marques de raquettes ont la sensation de perdre le contact avec les joueurs. Mais elle a lancé en avril dernier son site internet/application mobiles, « TEN’UP », pour permettre aux amateurs/licenciés de mieux trouver un club, un terrain, un partenaire. “Nous avons dépassé les 80 000 téléchargements pour devenir déjà la 1ère appli sport sur IOS et Android”, dit Bernard Giudicelli. Sa réponse sur le padel (entre 70 000 et 100 000 pratiquants) qui semble échapper à la FFT ? “Il faut structurer la compétition et cela passe par le soutien à la construction d’équipements.” Développement de la pratique, amélioration de la performance, adaptation aux nouvelles tendances de pratiques : autant d’enjeux qui seront certainement inscrits à l’ordre du jour des prochains Etats généraux du tennis, programmés pour avril 2020. 

A voir également
  • Territoires 17/07/2019
    Salomon signe son 1er marathon
    Pour sa 2ème année sur le marché de la course sur route, la marque annécienne sera au départ...
  • Territoires 15/07/2019
    La France et l’Espagne organiseront l’Eurobasket en 2021
    Finalistes de la dernière édition face à leur grand rival ibérique, les Françaises auront...
  • Territoires 10/07/2019
    CESE : 11 préconisations pour développer l'économie du sport
    L’assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a adopté un...
  • Territoires 04/07/2019
    Prévention VTT en montagne : des outils à disposition de tous les...
    Comme chaque année, le groupe de travail « Prévention VTT en montagne » animé par Mountain...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies